Toxiscore: et si les start-ups changeaient la donne?

Coup de pied dans l’industrie ou plutôt un énième label pour le consommateur ? Quand les avis divergent déjà sur l’impact réel du Toxiscore récemment annoncé par Barbara Pompili, nous, chez MAIA, on se réjouit. Car ce combat engagé pour une transparence totale et une gamme de produits d’entretien sans ingrédients controversés, chez MAIA, nous le menons déjà depuis 18 mois.

 Alors, le Toxiscore, vraie ou fausse bonne idée ? On décortique pour vous le pour et le contre de ce nouveau label annoncé pour les produits ménagers.

Le Toxiscore, c’est quoi ?

Toxsicore produits ménagers

 

Nouveau label de toxicité pour les produits ménagers, le Toxiscore, annoncé par la ministre de la Transition Écologique Barbara Pompili le 7 mai dernier, fera son apparition à partir de 2022. En théorie, son principe est simple : inspiré du Nutriscore que nous connaissons déjà bien, il classera nos lessives, produits vaisselle, nettoyants ménagers de A à E de A à E et du vert au rouge selon leur toxicité à l’usage ou pour l’environnement.

 Le Toxiscore, vraie ou fausse bonne idée ?

Le saviez-vous ? L’industrie des produits ménagers se démarque par son opacité. C'est en effet l’une des seules à ce jour qui n’impose pas un étiquetage précis de ses compositions sur l’étiquette. Faites le test, essayez de lire une étiquette sur l’un de vos produits d’entretien du marché. Bien malin sera celui qui arrivera à comprendre sa composition ! Ces dernières demeurent un secret bien gardé, et c’est pourquoi des enquêtes sont régulièrement menées par 60 Millions de consommateurs ou encore UFC que choisir pour amener de la lumière et mettre en garde le consommateur sur les compositions des produits ménagers actuels. Nombreux sont en effet les ingrédients nocifs pour l’environnement ou la santé. Dans le désordre, nous pouvons citer les dérivés de pétrole, les conservateurs CMIT/MIT, l’eau de javel, les sulfates, borates, benzithiazolinone, etc, etc…

 Alors oui, dans ce contexte, le Toxiscore est un premier pas nécessaire pour amener plus de transparence dans une industrie qui en a bien besoin.

 Mais alors…

 Pourquoi le label Toxiscore est-il déjà sujet à controverses ?

 Plusieurs éléments de faiblesse se dessinent déjà dans la mise en oeuvre du Toxiscore.

  • Ce label ne sera pas obligatoire, et sans alignement européen sur sa mise en œuvre, le risque de ne pas le voir systématiquement apposé sur nos produits ménagers (le plus souvent multi-labels) est grand
  • Le timing est pour le moins serré: 2022 ! Savez-vous qu’en moyenne il faut au minimum pour une multinationale  entre 12 et 18 mois pour changer l’étiquette d’un produit (durée à doubler si ce changement d’étiquettes doit s’accompagner de changement dans leurs compositions pour les rendre moins nocives pour la santé ou pour l’environnement)
  • Les critères de d’évaluation du Toxiscore pour sa notation de A à E ne sont pas encore définis. C’est un organisme dépendant du ministère de l’économie qui les définiront, et la tâche s’avère ardue au regard du nombre de composants aujourd’hui sujets à controverses sur cette catégorie, tant pour l’environnement que pour la santé.
  • Une notation, oui, mais une transparence totale, non. Malheureusement, il n’est toujours pas question à ce stade d’écrire le détail complet des compositions sur l’étiquette pour permettre au consommateur de faire des choix de façon éclairée.
  • Dans ce contexte, on peut donc craindre que le Toxiscore ne devienne en réalité plus un simple label marketing, qu’une vraie initiative de changement sur une industrie qui pèse aujourd’hui en France 6 milliards d’euros et nous concerne tous.

Et si les start-ups changeaient la donne du Toxiscore ?

Nous l’avons vu sur plusieurs autres catégories, comme celle des cosmétiques ou encore de l’hygiène-beauté. Les start-ups ont une agilité que n’ont pas les grands groupes. Et cette dernière est un atout immense. Car, en imposant de nouvelles règles, et en rencontrant l’adhésion des consommateurs, elles ont ainsi le pouvoir de faire bouger les lignes en profondeur sur toute une industrie.

 C’est animé par ce désir de changement en profondeur qu’est née MAIA… retour en arrière sur notre histoire :

 L’aventure MAIA commence réellement en 2016. Marie, sa fondatrice, qui évolue depuis 10 ans chez un leader de l’industrie de l’Entretien devient maman d’une petite fille fragile.

 « C’est un déclic qui s’opère, et avec lui un nouveau regard intransigeant sur les produits du quotidien : alimentation, produits d’hygiène, mais aussi produits d’entretien. En quête de sens, et de « clean », je décide de créer une marque dédiée pour la maison, avec un vœu de qualité et de transparence totale sur ses compositions »

Marie, fondatrice de MAIA

Une marque de produits pour la maison plus naturelle et plus saine, donc.

Facile à dire, pas si facile à faire : la blacklist d’ingrédients nocifs, toxiques et controversés est longue, et concerne une très vaste majorité d’ingrédients actuellement présents sur le marché : dérivés de pétrochimie, tensioactifs irritants tels que le sodium lauryl sulfate ou sodium laureth sulfate, huile de palme, conservateurs controversés CMIT/MIT, sulfates, colorants… Nombreux sont les fabricants qui nous ont fermé leurs portes à la lecture de notre cahier des charges. Ce sera finalement un laboratoire français, spécialiste en savonnerie traditionnelle, qui acceptera de relever le défi à nos côtés.

 Des compositions plus saines pour nos produits ménagers :

 

Au lieu de simplement nous demander comment éliminer tous les ingrédients controversés des produits actuels, nous avons recréé un catalogue d’ingrédients naturels qui regroupe les astuces de nos grand-mères, des principes lavant doux de la cosmétique bio et les meilleurs ingrédients utilisés en détergence. Et nous sommes repartis de zéro pour recréer des formule saines et respectueuses de l’environnement.

Nous avons ainsi construit des bases de savon et d’alcool végétales sans huile de palme, enrichies avec des tensioactifs lavant doux puisés en cosmétique et des ingrédients détergents naturels et plus traditionnels : vinaigre blanc, terre de Sommières, bicarbonate de soude ». Du naturel efficace et qui sent bon, des flacons 100% recyclés et même des formats nettoyants en savon solide, MAIA se veut une gamme complète prête à répondre à tous nos besoins ménagers du quotidien : lessives, liquides et sprays nettoyants, savon vaisselle et détachant.

 Une transparence totale dans nos actions :

Maia transparence produits ménagers

Notre mission est de changer l’industrie actuelle, pour le mieux, et de lutter contre la désinformation sur une catégorie qui à ce jour n’impose pas de publier sur l’étiquette ses compositions. Nous sommes depuis nos débuts très sensibles aux nombreuses enquêtes réalisées par 60 Millions de consommateurs ou encore UFC Que choisir : c’est pourquoi nous publions l’intégralité de nos compositions sur nos étiquettes en expliquant le rôle que joue chaque ingrédient. Sont publiés également sur notre site nos tests d’efficacité ou encore un glossaire produit détaillé pour notre collection »

 Notre communauté, notre force :

Pour pousser plus loin notre vœu de transparence, nous avons voulu, par le biais d’un modèle online, créer une proximité directe avec nos clients, en leur proposant des solutions qui leur ressemblent.

Petite anecdote ? L’idée de produits naturels compatibles au contact alimentaire nous a par exemple été soufflée par une maman (merci Lidwine !) désireuse d’utiliser des produits ménagers plus sains au quotidien pour sa vie de famille.

C’est ainsi aussi qu’est récemment né notre Spray parfait, finalisé avec notre communauté de 300 ambassadrices qui l’ont testé, voté, approuvé, tant sur sa formulation finale que sur son nom ou sur son parfum.

Notre communauté est pour nous une véritable force, pour valider notre démarche, corriger le tir là où c’est nécessaire, et créer des produits ménagers qui répondent à nos vraies attentes du quotidien en renouant la confiance sur une catégorie entachée par trop d’opacité.

 

Alors, Toxiscore, vraie ou fausse bonne idée ? Peu importe, tant que sont invités à la table de réflexion les grands industriels mais aussi les start-ups engagées à faire bouger les lignes. L’industrie de l’Entretien mérite d’être transformée. Utilisons ensemble l’annonce de ce nouveau label annoncé pour évoluer. Et vite.